San Francisco change de visage la nuit

La majorité des quartiers de San Francisco sont sécurisés et on y voit très rarement des sans domicile fixe (SDF) en journée. Par ailleurs, de jour, il est assez rare de croiser des dealers ou de sentir des odeurs spéciales, la nuit dans pas mal d’endroits on se croirait dans un coffee shop d’Amsterdam tellement l’odeur du cannabis est puissante et se propage assez loin.

Powell Station

De par sa position stratégique à San Francisco et le nombre de commerces qu’il y a aux alentours, Powell Station est l’une des places les plus fréquentées de la ville. En journée, les SDF se comptent sur les doigts d’une main et ne dérangent pas réellement les passants. A partir de 20h, c’est une autre histoire puisque les commerces ferment pour la plupart et on ne peux plus marcher 5 mètres sans croiser un mendiant. Hier soir, après avoir fait un peu de shopping, j’ai diné au Carl’s Jr de Powell Station et il était tout à fait normal que les mendiants rentrent demander de l’argent aux clients à table alors même qu’il y a un « chargé de sécurité ».

Chinatown

A Chinatown, la misère sociale est moins visible puisque les SDF sont dans les rues perpendiculaires à la rue principale (Grant Street). Hier soir, en passant dans ce quartier de la ville, il y avait une mendiante qui s’est arrêtée à la vitre d’un véhicule avec un conducteur à son bord. Cette dernière lui a tout simplement dit Give me one dollar, son manque de politesse a fait que le conducteur l’a envoyée balader. Elle s’est donc postée devant la voiture de sorte que le mec ne puisse plus avancer et elle est restée pas mal de temps à gêner la circulation pour avoir son dollar.

Union Square

C’est un espace où les locaux et touristes profitent généralement du beau temps ou des expositions en plein air. Il arrive également qu’il y ait des petits concerts sur cette place. En soirée, c’est un mélange de touristes et de mandiants.

North Beach

De jour comme de nuit, on n’y croise pas tellement de SDF. Le soir, les clubs de striptease ouvrent leurs portes et quelques prostituées (du moins je pense vu comment elles regardent les hommes et leur tenue vestimentaire) commencent à occuper les trottoirs.

Lorsque l’on s’arrête à la visite de San Francisco uniquement de jour, on a donc l’impression qu’il s’agit d’une ville où tout le monde est heureux mais il suffit d’y faire un tour la nuit pour se rendre compte du nombre assez important d’exclus de la société.

4 commentaires

  1. résux 31 juillet 2011
    • Elyes 1 août 2011
  2. Christelle 1 août 2011
    • Elyes 1 août 2011

Laisser un commentaire